À deux trous du bonheur

À deux trous du bonheur

Je travaille avec des hommes. Beaucoup d’hommes. La testostérone et la pilosité font partie de mon paysage quotidien. J’ai aussi le droit aux blagues sucrées-salées, aux yeux doux, aux coups de main et surtout à leur bonne compagnie. Avec les gars, pas de chichis. Ils disent ce qu’ils ont à dire et c’est fini…F.F.I.N.N.I. !

 

J’ai appris à tendre l’oreille pour écouter ce qu’ils ont à raconter. Ils jasent de sports, de chars, d’argent, de filles, d’enfants et de leurs corps. Oui oui, de leurs corps. On croit à tort que l’apparence physique est une obsession féminine. En 2018, les gars sont tout à fait conscients de l’image qu’ils projettent. Que ce soit une petite bedaine en trop, une calvitie qui prend de l’ampleur, des cheveux gris indésirables ou des pattes d’oie aux coins des yeux, tout est matière à être complexé.

 

Un collègue est venu me voir un matin en me montrant fièrement qu’il attachait maintenant sa ceinture un trou plus loin. Il n’avait pas encore atteint sa perte de poids désirée, mais il y travaillait d’arrache-pied. En voyant son sourire, je me suis dit qu’il était à deux trous du bonheur. À deux petits trous d’être fier comme un paon d’avoir atteint son poids idéal.

 

Bonheur réel ou fictif ? Réel, s’il veut bien se satisfaire du chemin parcouru. Fictif, s’il veut encore et toujours changer son apparence. Les médias font l’étalage de beaux bonshommes musclés, bronzés, ténébreux et mystérieux. Quand je regarde autour de moi, je suis plutôt entourée de beaux bonshommes souriants, agréables à côtoyer, heureux et en santé. C’est ça la vraie vie. Des gars colorés avec des yeux pétillants. Pas de regards fuyants figés en noir et blanc.

 

Je voudrais dire à mes hommes que je les trouve beaux comme ils sont. Que je suis fière d’eux quand ils vont au gym pour avoir un corps en santé. Que je les encourage à bien s’alimenter pour avoir plein d’énergie. Que c’est agréable de les voir prendre soin de leur apparence parce qu’ils ont une bonne estime d’eux-mêmes. Que j’aime les voir sourire quand ils me parlent de leurs enfants.

 

Le bonheur, ce n’est pas dans le corps que ça se passe, mais bien dans la tête et dans le cœur. L’important c’est d’être en santé, c’est de s’aimer, c’est d’être fier de soi et c’est de le crier sur tous les toits : JE M’AIME COMME JE SUIS.

 

Alors les filles, dites-le à vos hommes qu’ils sont beaux, qu’ils sont bons et qu’ils sont inspirants. Je vous garantis que pour vous remercier, ils vont vous soulever des montagnes.

The following two tabs change content below.
Stéphanie Beaulieu

Stéphanie Beaulieu

Amoureuse de la vie, des animaux et du café. Solitaire dans l’âme, je me nourris par la beauté des gens qui m’entourent. Femme de lettres, je suis factrice de métier. Avide d’espace et de liberté, j'ai toujours le sourire et le coeur heureux. La petite fille (un brin taquine) en moi n’est jamais bien loin!
Stéphanie Beaulieu

Derniers articles parStéphanie Beaulieu (voir tous)



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *